En quoi l’activité physique protège-t-elle notre santé ?

(Mise à jour le 15 novembre 2021 à 15:18)

Activité physique et prévention

En matière de prévention, on parle de prévention primaire, prévention secondaire et de prévention tertiaire :

  • faire de l’activité physique avant que des maladies apparaissent (pour en limiter l’apparition), c’est la prévention primaire ;
  • faire de l’activité physique dès les premiers signes de la maladie pour éviter les complications ou l’évolution de la maladie, c’est la prévention secondaire ;
  • faire de l’activité physique une fois la maladie installée à un stade avancé, avec complications, pour limiter les incapacités, ou en cas de rémission pour limiter la récidive, c’est la prévention tertiaire.

L’intérêt de l’activité physique

Pratiquer une activité sportive, comme la marche nordique, est un plaisir, mais contribue aussi à nous maintenir en bonne santé, voire à prévenir certaines maladies.

  • Sur le plan cardio-vasculaire, l’activité physique améliore l’efficacité du muscle cardiaque, et permet une meilleure vascularisation des tissus. Elle diminue le risque de maladies cardio-vasculaires et d’hypertension artérielle.
  • Sur le plan respiratoire, l’activité physique permet une meilleure oxygénation cellulaire.
  • Sur le plan métabolique, l’activité physique permet une meilleure utilisation des glucides et des lipides, et contribue donc à augmenter le “bon” cholestérol et à diminuer le risque de diabète de type 2, elle limite la prise de poids.
  • Sur le plan locomoteur, l’activité physique permet une augmentation de la force musculaire et donc un meilleur contrôle articulaire, ainsi qu’une amélioration du capital osseux, et diminue ainsi ou ralentit le risque d’ostéoporose.
  • Sur le plan de la santé mentale, l’activité physique limite les risques de dépression et d’anxiété, procure un meilleur sommeil et un meilleur contrôle de soi, favorise la résistance à la fatigue.
  • Sur le plan psycho-social, l’activité physique favorise une vie active et une intégration sociale, en encouragent les relations humaines.
  • Sur le plan de la longévité, l’activité physique retarde les risque de dépendance en permettant de rester physiquement plus autonome avec l’âge. Elle améliore la souplesse, l’équilibre et la coordination.
  • L’activité physique, en augmentant les sécrétions des neurotransmetteurs (dopamine, endomorphine, endocanabinoïdes et sérotonine) a un effet antalgique, anti-inflammatoire et anti-stress.
  • L’activité physique aide à lutter contre le mal de dos, à se relaxer et à être plus détendu, elle régule l’appétit.
  • L’activité physique diminue aussi le risque de développement de certains cancers, et facilite l’adoption de règles de conduite pour prévenir les addictions (tabac, alcool, dopage etc.).

Globalement, une activité physique régulière améliore la qualité de vie ! et nous permet de rester plus longtemps en bonne santé !

Les risques de la sédentarité

La sédentarité augmente :

  • le risque de mortalité de 30 à 40%,
  • le risque de maladies coronariennes de 20%,
  • le risque d’accident vasculaire cérébral de 60%,
  • le risque de diabète de 50%,
  • le risque de cancer de 50%,
  • le risque de survenue précoce de maladies chroniques.

On est sédentaire si on passe 7 heures et plus à pratiquer une activité assise par jour ! On peut donc être sportif et sédentaire !

 

Cet article est rédigé à partir d’une présentation réalisée par le comité départemental olympique et sportif du Val-de-Marne.

 

Écrit par Lise

Laisser un commentaire

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 72 614 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.